Origine du sauna traditionnel

Les cabanes de sudation étaient connues des hommes préhistoriques des régions tempérées et froides de l’hémisphère nord. En restent pour témoins les peuplades de Sibérie et les tribus amérindiennes des actuels États-Unis et Canada dont beaucoup utilisaient des huttes de transpiration (sweat lodge dans les documents en anglais) lors de l’arrivée des européens. C’étaient des édifices en branchage dans lesquels on roulait des pierres chauffées dans un feu de bois. Le malade ou le guerrier voulant se purifier s’isolait dans ce local sommaire que des comparses fermaient hermétiquement.

Dans un premier temps les huttes de transpirations ont été améliorées en sauna enterré puis, avec la maîtrise du travail du bois, les cahutes devinrent maisonnettes en bois empilé à la manière des fustes dans une bonne partie de l’Europe. Ce sont les saunas à fumée, que l’on appelait étuves en France. Au Moyen Âge, l’église catholique d’Europe centrale et occidentale, luttant contre la nudité et la promiscuité, mit toute son énergie à éradiquer, en interdisant leur pratique et en fermant les établissements la permettant, la pratique de l’étuve et des bains publics. Une des raisons invoquées pour bannir les saunas fut, comme pour les bains, de décréter que la pratique du sauna était responsable de nombreuses maladies courantes à l’époque comme la peste qui se répandait pensait-on par les pores dilatées qui absorbaient les miasmes, ce qui engendra par la suite la culture de la toilette dite sèche.

Cette pratique survécut en Russie et dans les pays nordiques, plus tardivement christianisés, où les églises orthodoxes et luthériennes surent en percevoir les bienfaits hygiéniques pour les populations. Les traditions populaires russes associent le «Bannik» aux maisonnettes de bains : il s’agit d’un petit esprit domestique, parfois farceur, parfois cruel, qui hante ce lieu appelé «bania».

La Suède (sous le nom de bastu) et la Finlande ont élevé au plus haut point la technique du bain de vapeur sèche. Au début du XXe siècle, les athlètes finlandais aux Jeux Olympiques puis les soldats de la Guerre d’hiver ont fait connaître au monde entier le sauna et ont associé ses qualités à leurs exploits.
Une première évolution de la cabane de sudation a été le sauna enterré (maasauna). Une cavité de quelques mètres carrés est creusée dans le sol et recouverte de troncs jointifs sur lesquels on étale des écorces de bouleau et que l’on recouvre de mottes de terre. L’ensemble est fermé par une porte sommaire. Un foyer constitué de grosses pierres est placé dans un angle et une banquette en terre recouverte de végétaux est établie en face.

Le fonctionnement est identique à celui du sauna à fumée. Le fait d’enterrer le sauna améliore grandement l’isolation thermique et permet son usage en plein hiver quel que soit le vent et le froid. A l’heure actuelle, le sauna enterré est pratiqué en Finlande par des passionnés dans le cadre de stages de survie ou de retour aux traditions anciennes. L’ancêtre du sauna moderne est le sauna à fumée (savusauna).

Le poêle (savukiuas) est constitué d’un tas de pierres de plusieurs centaines de kilos sous lequel on établit un feu de bois assez vif pendant plusieurs heures. L’essence de bois la meilleure est l’aulne, mais on peut aussi employer du bouleau écorcé. La fumée envahit l’étuve et s’échappe par une petite cheminée en bois après avoir déposé une fine couche de suie qui culotte le sauna comme une pipe et lui donne son parfum inimitable. A la fin de la chauffe, on éteint le feu, on évacue les cendres et les braises et on ventile le sauna en ouvrant en grand la porte. Il est alors important que le tas de pierres ne dégage plus de fumerolles. Lorsque le sauna est prêt, on obture la cheminée et on ferme la porte. Une personne expérimentée versera l’eau pour créer les vagues de vapeurs sèche (löyly).

Il ne faut pas asperger le tas, mais verser la louchée doucement et tout entière au même endroit. Le filet d’eau va alors traverser la masse de pierres brulantes et se transformer en vapeur surchauffée et invisible. Si le tas de pierres est suffisamment important, le sauna pourra fonctionner plusieurs heures. Les hommes l’utiliseront en premier, pour profiter de la chaleur la plus dure, et les femmes, les enfants et les personnes fragiles passeront en dernier, lorsque la chaleur sera plus douce. On peut trouver des saunas à fumée dans les exploitations agricoles anciennes, mais plus sûrement dans de nombreux centres de loisir ou dans les campings.